18cd60709ed8e75497e76da2d13fffca

 

Je sais bien que l’on peut être parfois tenté de tout laisser tomber, que l’on a  tellement peur de glisser que l’on oublie de s’accrocher !
On se demande à quoi servent toutes ces bonnes actions que l’on tente de réaliser alors que l’on s’empresse de les gâcher aussitôt par une vilaine parole, un comportement inadéquat envers son prochain, une injustice envers autrui ou envers soi-même.
Alors quoi ? Autant se laisser immédiatement et irrémédiablement  tomber dans la facilité, la médiocrité de l’âme, s’abandonner définitivement à la paresse et à cette vie, comme si l’avenir n’existait pas. Comme si la vie future n’était que chimère… Allez sheitan, prend mon âme, je ne suis qu’un bon à rien, autant en finir tout de suite avec mes futiles espoirs de rédemption !

Quoi ?! Je t’ai choqué ? Je sais pas moi, j’ai du mal avec la lâcheté…
Oh ne t’inquiète pas !  J’ai bien conscience d’avoir mes moments de couardise moi aussi, je ne suis qu’un être humain et probablement pas un des meilleurs que tu auras l’occasion de rencontrer dans ta vie mais bon… je me soigne !

Parce que finalement, soyons honnêtes : lorsque l’on ne veut pas se donner les moyens d’être dans le camp des gens de bien, dans quel camp se trouve-t-on ? Dans celui des imbéciles !
Pourquoi ? Parce que finalement décider d’abandonner c’est à mon avis encore pire que d’apostasier, du moins d’un point de vue intellectuel.
L’apostat ne croit plus en ce qu’il considérait comme la vérité auparavant, il se dit donc qu’il ne risque rien puisqu’il ne reconnait plus ni le châtiment ni la récompense promise.
Le lâche quant à lui est un triple imbécile, il s’abandonne aux ruses du sheitan, donc il a bien conscience des risques qu’il encoure maintenant et plus tard. Il ne nie pas l’existence d’Allah SWT, non il pense juste qu’il est trop compliqué pour lui de continuer à l’adorer.
Et on connait bien son excuse principale : « je fais tellement de péchés que cela ne sert à rien d’essayer de me redresser, de continuer à lutter, je suis mauvais, y a rien à faire ! ».
Ok, t’imagines une personne qui refuse de se laver parce qu’elle est trop sale ?

Sérieusement, ne penses-tu pas que le seul moyen d’essayer de conserver un tant soit peu de lumière en soi est de continuer à tourner ses yeux vers ce qui éclaire ton âme ? Lorsque tu as la main gauche sale, cela doit-il t’empêcher de te nourrir de la main droite ?
Evidemment je ne dis pas que l’on doit continuer à se vautrer dans le péché sans jamais se remettre en cause et en étant satisfait de son sort puisque l’on continue à faire de bonnes actions à côté. Ce n’est pas mon propos, et nous savons très bien ce que nous avons à faire ou plutôt à arrêter de faire  pour nous améliorer… Mais, c’est à nous de nous battre pour réussir, cette attitude fonctionne pour n’importe quoi dans cette vie, et pour la foi c’est la même chose !

On n’est pas tous égaux, je sais de quoi je parle : je ne suis pas très grand, je ne suis pas très beau, je ne suis pas très intelligent, je ne suis pas très costaud et je ne fais pas partie du Top 50 des vertueux de cette planète (je sais, dis comme ça, ça donne envie ! ^^), néanmoins je peux essayer de me tenir droit, de me vêtir convenablement, de m’instruire et me cultiver, de faire du sport et enfin (et surtout) de me battre contre ma nature première de fainéant en essayant de faire plus d’actions d’adoration que de dégâts autour et en moi !

Nous y voilà : l’abandon n’est-il tout simplement pas, outre une forme de lâcheté, une manifestation flagrante de notre fainéantise ?
La flemme. La flemme de se lever faire la salat, la flemme d’aller à la mosquée, la flemme de lire le Coran, la flemme de faire sadaqa et de verser la zakat, la flemme de faire le bien autour de soi, la flemme d’être un musulman, et donc la flemme d’être soumis à Allah SWT, celui qui n’a pas eu la flemme, LUI, de te donner la vie et de tout créer autour de toi, depuis  la terre sur laquelle tu marches jusqu’à l’air que tu respires.

Ne laissons pas tomber !  C’est de notre vie future qu’il s’agit ! De l’éternité, non pas d’une poignée de décennies qu’il nous reste à vivre incha’Allah.
Et lorsque nous avons du mal à voir plus loin que ça, rappelons nous que c’est aussi maintenant et ici que notre opiniâtreté nous sera utile : nous ne pouvons décemment pas rester plantés là en attendant la fin de tout, c’est du suicide ! Un lent et silencieux suicide !

On se sent toujours mieux dans sa vie lorsque l’on fait le bien, de même que l’on se sent toujours mieux après avoir couru 10 bornes un matin de printemps que lorsque l’on est resté affalé devant TF1 par un dimanche pluvieux.
Cultivons le goût de l’effort et de la constance, dans cette société qui voue un culte sans limites à la paresse et à la facilité, la ténacité devient un acte révolutionnaire, et sans être un rebelle dans l’âme, moi ça me plaît bien de savoir que je remonte le courant plutôt que de me laisser dériver sans but…

Pensons-y et rappelons-nous cette parole de notre Prophète Muhammad SAWS :

« Fais preuve de piété à l’égard de Allah où que tu sois et fais suivre une mauvaise action par une bonne action, elle l’effacera. Aies vis-à-vis des gens un bon comportement » [rapporté par At Tirmidhiyy]

La persévérance mène à l’excellence, la fainéantise au désastre… Accroche-toi !

T'as aimé ? Alors partage !

Étiquettes : , , , ,

4 Responses


  1. amel h on 02 Nov 2013

    bonjour,
    j’aime bien votre blog, et je crois que c’est la première fois que j’y interviens.
    je vous rejoins tout à fait lorsque vous dites que cette époque glorifie le laisser aller, mais je dirai plutot qu’elle glorifie l’égocentrisme : ‘aprés moi le déluge », se faire plaisir, profiter de tous les plaisirs , penser à soi avant tout,…
    et je trouve aussi qu’aller à contre courant est plus gratifiant, et que ça grandit plus que de mettre son propre plaisir avant toute autre considération.

    • YacineD on 03 Nov 2013

      Salam aleykoum,

      Non ce n’est pas la première fois que vous commentez un article de ce blog et je vous en remercie.
      J’abonde évidemment dans votre sens, l’égocentrisme est un des maux majeurs de notre époque (ou bien de notre nature humaine, méfions nous de trop fantasmer un passé qui n’aurait finalement jamais existé), de même que le manque de spiritualité et la recherche du plaisir immédiat. Tout ceci pourrait bien faire l’objet d’un futur post incha’Allah !

    • YacineD on 03 Nov 2013

      Salam aleykoum merci d’avoir inséré cet article dans votre revue de presse, beaucoup de liens intéressants je m’en vais de ce pas étudier cela de plus près ! 🙂