Les musulmans de France vivent actuellement une période pas évidente. Remarquez au passage ma maîtrise de l’euphémisme, je ne vais pas revenir trop longuement sur ce sujet précédemment abordé dans une Lettre à mon pays, mais l’une des solutions qui vient à l’esprit de beaucoup de mes concitoyens/frères et sœurs fillah/coreligionnaires (appelle les comme tu veux) ce n’est pas la résistance passive, ce n’est pas non plus la guérilla urbaine et/ou idéologique, non… ce serait plutôt la fuite ! D’abord mentale, ensuite physique si Allah nous en donne l’occasion.

Pour mieux comprendre, je vais vous raconter une histoire, celle de Karim.
Karim a 26 ans, il a fini de brillantes études il y a maintenant deux ans. Depuis il enchaîne les petits boulots qui n’ont strictement rien à voir avec son Master 2 professionnel en bio-chimie moléculaire.
Karim porte la barbe et vu son faciès et son lieu de résidence il n’a pas reçu beaucoup de réponses à ses nombreux envois de curriculum vitae.
Karim est musulman, et malgré son âge et sa situation socio-économique périlleuse il s’est marié il y a quelques mois. Amina, sa jeune épouse a sensiblement les mêmes soucis que lui, car bien qu’en possession d’un beau diplôme en droit des affaires elle est « condamnée » à faire de la téléprospection sur des plateaux téléphoniques parce que c’est à peu près le seul job en France qui la laissera travailler avec son voile… son employeur prend peu de risques, le public ne la voyant jamais.
Karim et son épouse ne se plaignent pas, ils sont heureux d’être ensemble et remercient Dieu de subvenir à leurs besoins, de leur donner de quoi vivre chaque jour.
Chez eux, entre eux, ils rient et voient leur vie en rose.

C’est quand ils ouvrent la porte et sortent de chez eux que ça commence à se gâter.
Amina tente de ne pas trop prêter attention à ces inconnus qui s’arrêtent sur son chemin lorsqu’elle se rend faire ses courses et lui demandent ce qu’elle fait « avec ce torchon sur sa tête », elle a juste remarqué que ces inconnus à la langue bien pendue était de plus en plus nombreux à mesure que les jours passent.
Au rayon de son supermarché ou de sa boucherie, Amina hésite. Tous les articles carnés sont estampillés halal mais depuis qu’elle a appris que la majorité des organismes de certification ne disposaient pas de contrôleurs indépendants et que certaines grandes marques vendaient du « halal » dans lequel on retrouvait des traces de porc, elle se dit qu’elle va plutôt se rendre à la poissonnerie.

Karim, lorsqu’il sort de chez lui se prend souvent des potos en plein front ! Ne rie pas ! Tu as déjà essayé de marcher le plus clair de ton temps en regardant soit tes pieds soit les nuages ? Et pourtant, ici si tu désires conserver la chasteté de ton regard il est très difficile de faire autrement.
Encore une fois Karim ne se plaint pas, il  lui arrive juste de se demander parfois si, lorsqu’il était plus jeune la société était plus frileuse ou si c’est le réchauffement climatique qui pousse tour à tour les publicitaires et les français à s’effeuiller un peu plus été comme hiver.
Si Karim avait un boulot stable et rémunéré à la hauteur de ses études et des efforts qu’il est prêt à fournir, il aimerait vraiment acheter un grand appartement, ou même une maison pour sa future grande famille incha’Allah. Et puis Karim se renseigne et s’aperçoit qu’en France rien n’est fait pour qu’un musulman puisse un jour devenir propriétaire. Il sait que le système de crédit à intérêts lui est interdit. Karim ne se plaint pas car il sait que le temps appartient à son Seigneur et à personne d’autre.

Quand Karim et Amina se retrouvent chez eux le soir, ils sont heureux, jusqu’à ce qu’ils ouvrent la fenêtre du salon, celle qui possède des centaines d’angles de vues différents et qui au final leur propose toujours le même décor : la TV.
Il y a certaines chaînes qu’ils ne regardent pas, parce qu’ils savent que ce qu’ils y trouveront les choquera encore plus que ce qu’ils peuvent apercevoir chaque jour dans les rues. Mais même lorsqu’ils regardent les actualités, ils constatent que le système dans lequel ils vivent touche à sa fin.
Ils voient aussi et surtout que malgré la bouffée d’oxygène que représenterait le système de valeur islamique à la société française, les décideurs de ce pays préfèreraient mourir et embarquer tout le monde avec eux plutôt que de partager, plutôt que d’avouer qu’ils ont fait fausse route et qu’un système fondé sur une religion pourrait leur venir en aide… même si on ne leur demande pas de chahad, juste d’offrir des alternatives, ils préfèreront pratiquer la politique de la terre brûlée. « J’ai échoué mais je ne te laisserai pas l’opportunité de réussir ».

Et puis un soir, Amina et Karim en viennent à discuter « d’ailleurs » et soudain ils tombent d’accord, ils en arrivent au même point, au même instant et s’écrient à l’unissons : « mais qu’est-ce qu’on fait encore ici ? »

Cela paraît soudain mais en réalité toutes leurs questions sont remontées à la surface avec cette seule conversation : Y a-t-il un avenir pour nous ici ? Et pour nos futurs enfants ? Est ce que je pourrai un jour prendre une petite pause pour faire discrètement mes prières sans qu’on me regarde comme un fanatique ? Pourrai-je sortir de chez moi et aller travailler sans qu’on tente de m’arracher (au propre comme figuré)  mon voile ? Pourrons nous avoir un travail décent ? Être reconnu pour nos compétences et non discriminés pour nos convictions ? Ce pays veut-il encore de nous ? A-t-il jamais voulu de nous ? Nous laissera-t-il un jour vivre normalement, c’est-à-dire manger, prier, travailler et être propriétaires comme tous les autres citoyens ?
Toutes ces questions se bousculent en eux, et la réponse s’impose d’elle-même, la réalité se charge de leur répondre jour après jour. L’espoir a laissé place à la résignation depuis bien longtemps.

Il est peut-être temps d’aller à la rencontre des gens qui partagent nos convictions, de nouvelles sociétés dynamiques, et abandonner cette vieille Europe qui sent le renfermé et restera campée sur ses acquis jusqu’à sa mort.
Mieux que ça : il est peut-être temps d’apporter nos compétences, de mettre nos connaissances au service d’une société qui nous accueille et nous laisse vivre en paix… et puis… si le soleil est de la partie nous n’irons sûrement pas nous plaindre !
Karim et Amina se regardent alors et éclatent de rire ! Pour  la première fois depuis longtemps ils ont le cœur léger en envisageant l’avenir. Ils ne disent plus « al hamdulilah, nous avons assez pour vivre ! » mais « Allahou akbar ! Nous avons peut-être trouvé la clé de la réussite ! »

Alors bien sûr Karim et son épouse ne sont qu’au début d’un long voyage. Il leur faudra d’abord réfléchir sur leur destination parmi les pays musulmans du monde entier. Trouver un endroit où leurs compétences professionnelles leur permettront de trouver un emploi. Chercher cet emploi. Le trouver. Puis en parler à la famille, s’éloigner d’eux physiquement. Ne pas savoir quand ils les reverront. Puis viendront la recherche du logement, la difficulté à s’intégrer, la différence des mentalités, le mal du pays… Amina et son mari se sentiront parfois plus français qu’autre chose, ils vivront des épreuves difficiles à surmonter, et si Allah l’a décidé ainsi, ils finiront par récolter le fruit de leurs efforts, de leur piété, de leur patience, et lorsqu’un journal français les contactera par téléphone quelques années plus tard pour obtenir leur témoignage d’expatriés, ils répondront ensemble :
« Ce périple est le voyage de toute une vie. Mais malgré les difficultés du début, malgré le manque de la famille et de certains amis proches, malgré le manque de certaines choses typiquement françaises, malgré l’adaptation nécessaire aux mentalités locales différentes de celles auxquelles nous étions habituées… malgré tout cela, lorsque l’on s’informe sur notre pays d’origine et que l’on s’aperçoit dans quelles conditions nous aurions dû vivre et élever nos enfants, nous frémissons de bonheur à l’idée que notre Créateur nous ait donné la force d’endurer tout ceci. »

Karim et Amina n’existent pas vraiment. Ou plutôt si, ils existent mais je ne les ai jamais rencontrés. Karim et Amina c’est toi, c’est moi, c’est tous nos frères et sœurs qui ont cessé de rêver, qui ont laissé la résignation prendre une place de choix dans leurs cœurs et dans leurs têtes. Karim et Amina sont partis d’une envie, d’un rêve, et ils l’ont fait.

S’il te plaît, mon frère, ma sœur. Si tu as le cœur lourd à l’idée d’affronter un jour de plus cette société, alors laisse toi le choix de songer à une vie meilleure. Et à force d’y songer peut-être Allah te donnera-t-il le courage de faire de ce désir une réalité, à ce moment là écris-moi, parle-nous à tous et transmet-nous ta foi et ton courage que nous puissions te suivre sur ce chemin qui mène à la liberté.

 

Ceux qui ont fait du tort à eux mêmes, les Anges enlèveront leurs âmes en disant : « Où en étiez-vous?  » (à propos de votre religion) – « Nous étions impuissants sur terre », dirent-ils. Alors les Anges diront : « La terre d’Allah n’était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer?  » Voilà bien ceux dont le refuge et l’Enfer. Et quelle mauvaise destination!
A l’exception des impuissants : hommes, femmes et enfants, incapables de se débrouiller, et qui ne trouvent aucune voie :
A ceux-là, il se peut qu’Allah donne le pardon. Allah est Clément et Pardonneur.
Sourate An-Nissa 97-99

T'as aimé ? Alors partage !

Étiquettes : , , , ,

10 Responses


  1. Mouna on 13 Jan 2012

    Salem aleykom khouya!
    Il est clair que l’avenir en France ne s’annonce pas tout rose pour nous.
    Nous sommes la génération qui « se cherche ». Cette France qui nous accorde sa nationalité, nous permet d’étudier. Nous fais de belles promesses « d’égalité » pour au final nous claquer la porte au nez.
    Nous avons tous envie de partir vers d’autres horizons…
    Au delà des difficultés à organiser ce départ, et les difficultés d’adaptations, je pense que le plus difficile est de s’éloigner de sa famille.
    Comment partir loin et laisser ses parents?
    Il est du devoir de tout musulman de prendre soin de ses parents.
    Moi je dis « chapeau » à tous ceux qui ont eu cette « force » de partir pour reconstruire sa vie ailleurs!
    C’est notre rêve secret à tous comme tu l’as si bien dis.

    Encore merci pour tes écrits, c’est toujours un plaisir de te lire!

    Salem!

  2. Antoine on 25 Jan 2012

    Un post comme ça (je viens juste de découvrir le blog), ça me rend triste, mais comment vous donner tord…
    Néanmoins, l’exode est il la seule solution ?

    Ce post m’a fait pensé a une scène dans « l’ennemi intime » qui reste gravé dans ma mémoire, Quand l’algérien médaillé de la 2nde WWII dit au Harki : « Tu n’es déjà plus Algérien et tu ne seras jamais Français » Phrase terrible mais pleine de vérité…

    Je ne suis pas musulman, je ne suis pas d’origine maghrébine, je suis ce que l’on appelle un « bon français ». Je dois être un peu naïf surement mais j’espère toujours qu’il y a de l’espoir pour vous mes frères Français…

    Je suivrais ce blog avec attention désormais.

    Amicalement,

    • YacineD on 25 Jan 2012

      Un commentaire comme le vôtre ça me rend heureux ! 😉
      Bien sûr on espère tous pouvoir rester dans ce pays qui n’a pas que des désavantages (assurément !!) et dans lequel se trouve notre famille et toute notre histoire personnelle, mais les temps sont durs et sans pour autant se poser en victimes, l’acharnement on le ressent tous les jours.
      Je vous rassure, il y a sur ce blog des choses bien plus optimistes.
      Dans tous les cas soyez le bienvenu ici !

      • sosso on 26 Jan 2012

        tes posts poussent toujours à la réflexion. je me souviens avoir dit que si Sarko passait, je partirais. et pourtant, 5 ans plus tard, je suis encore là.
        née ici, et comme dans le film cité par antoine, le coeur entre 2. mais si ici, on est toujours considérés comme étrangers (couleur, origines, culture, religion), ailleurs on nous considère comme français.
        donc partir n’est pas forcément toujours la solution, en tout cas, comme tu le décris, pas forcément la plus facile non plus…

        • YacineD on 26 Jan 2012

          Donc la solution pour être enfin français c’est de partir à l’étranger !? je plaisante ! 😉
          Tu as vu que dans le titre il y a le verbe « rêver ». Je crois que c’est ça l’idée forte : il faut continuer à rêver, se laisser le choix, ne pas se résigner et se dire « de toute manière tout est fichu ».
          Il faut continuer à surfer sur les sites diplomatiques, sur les sites d’emploi à l’étranger etc. Déjà pour se dire « je suis à un click du départ » (même si ce n’est pas vrai, entretenir cette illusion me paraît indispensable) et puis qui sait ? à force de se renseigner et de se mettre dans la tête qu’on peut le faire, et bien ce rêve prendra corps un jour ? Continuons de rêver, c’est la seule chose que ces abominables politiques cyniques ne peuvent nous enlever !

          • Antoine on 27 Jan 2012

            C’est pour ça que je préfère parler d’exode plutôt que de fuite!

  3. hichamibnmohamed on 07 Avr 2013

    Bismilahi ar-rahman ar-rahim
    Salam ‘aleykoum ouma al mouslimine
    Avec la permission d’Allah Tabaraka wa Ta’ala ,je voudrais vous faire part de la hijra que je vit en ce moment meme Al Hamdulilahi en tout premier lieu je remercie et les louanges sont vers Allah Sobhana wa Ta’ala le seul digne de louanges!!et que le salut et la paix soient sur notre prophète sur sa famille et ses compagnons .
    Ceci dit mes chère freres et soeur sacré Fil Lahi la hijrah c’est une obligation pour toute personne qui crois en Allah et son prophete (sas) tellement de hadith tellement de preuves …. Allahou Akbar .
    Je suis née en belgique (bxl) j’ai 31 ans ,voila six mois que j’ai entamer la hijrah vers le Maroc (je suis marocain de pere et mere )pour bagage une valise de vetement ,220 euro et surtout la recherche de l’amour d’Allah et de son messager (sas) Al Hamdulilahi le point qui ma facilité (car j’etait pret a dormir dans la rue et a manger des pierres ,pour que vous sachiez a quelle point j’en etais arrivé en terre de mécreance !!!!!!!) c’est que mes parents on une maison a oujda qui est inhabiter quand mes parent ne sont pas au maroc ,d’ailleurs c’est la que je vit en ce moment meme .Ce qui ma pousser a partir quitte a en mourir de faim: Comment pourrais je me dire musulman alors que j’habite dans les berceau des mécréants …… qui dénigre Allah et son messager (sas) ou est passer mon amour….. ma fierter mon coeur corrompu …. au milieu si je puis dire des cochons !!! Qu’ont ils que nous n’avons pas la technologie???? Donc nous remplaçons Les bienfaits LE Seul l’unique a etre adorer pour la technologie humaine (soins, propreter , etc etc meme pas envie de citer ces chose si basse ……)Alors que Allah Exalter soit- il du haut de son trone !!!n’a qu’a dire « SoiS » et la chose est Allah el mousta3an après six mois en terre musulmane (j’ai dechirer mon passeport avec joie rire) je peux vous dire que se sont les plus beaux moment de ma vie tout les matin je me reveille salatet puis je regarde le ciel et je vois le jour s’eclaircir et a ce moment Wallahi mes freres j’en ai les larmes je dit hamdulilahi hamdulilah ya rabi tu ma fait me reveiller en terre musulmanne Allahou akbar.
    Les gens , le mode de vie et tout le reste d’ailleurs est different sont l’education europpene qui est visible (suffit de voir les vetement des gens qu’Allah nous guide ) mais bon je regarde pas les gens si ils sont honnete ou malhonnete « ô regarde il suit pas la sounna etc etc etc » je vie , j’adore mon seigneur et le reste ce ne sont pas mes problemes . Hamdulilahi je n’avais ni femme ni enfants qui aurais pu me bloquer en belgique a vie hamdulilah Allah Sobhana wa Ta’ala ma vraiment faciliter les choses !!! je ne sais plus trop quoi dire ,mais si vous avez des questions allez y je répondrai a tout incha Allah

  4. Hichamibnmohamed on 07 Avr 2013

    As-Salam ‘aleykoum

    Que la paix et le Salut soient sur notr prophétes bien-aimé sur sa famille et ses compagons
    Ceci dit ce verset majestueux Kalam Allah Tabaraka wa Ta’ala :Ceux qui ont fait du tort à eux mêmes, les Anges enlèveront leurs âmes en disant : « Où en étiez-vous? » (à propos de votre religion) – « Nous étions impuissants sur terre », dirent-ils. Alors les Anges diront : « La terre d’Allah n’était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer? » Voilà bien ceux dont le refuge et l’Enfer. Et quelle mauvaise destination!
    A l’exception des impuissants : hommes, femmes et enfants, incapables de se débrouiller, et qui ne trouvent aucune voie :
    A ceux-là, il se peut qu’Allah donne le pardon. Allah est Clément et Pardonneur.
    Sourate An-Nissa 97-99
    C’est le precurseur de ma hijrah tout a commencer par ce verset j’ai donc été chercher le tafsir fi sounna wa jama’a et ces chouyoukh : ce qui veux dire les hadith a l’epoque de la revelation de ce verset .
    Je peux dire après avoir lu et relu les preuve de l’interdiction de resider en terre de mécréances je ne pouvais plu vivre au milieu de ces gens le reveil dans ce pays devenais insurpotable vivre au milieu d’eux avec cette vérité qui a notre epoque est plus qu’exposer a nos yeux (on auras vraiment aucune excuse chez Allah Sobhana wa Ta’ala…..)
    Allah ma fait m’apeler Hicham ,31ans née en belgique a uccle (bxl) ça fait six mois que j’ai commencé a vivre cela fait six mois qu’Allah Sobhana wa Ta’ala ma permis de faire la hijrah pour son amour et celui de son prophète (sas).
    Je ne sais pas par ou commencer pour vous décrire ce que je vit et peut être incha Allah que l’experience qu’Allah Tabaraka wa Ta’ala me fait vivre soit une etincelle pour que vous compreniez l’importance de cette affaire qui pour ainsi dire est la premiere action que doit mener un croyant repentant cherchant la face de son seigneur (les preuves sont plus que nombreuses)

    Celui qui recherche la vérité, une seule preuve lui suffit et celui qui suit ses passions, même 1000 preuves ne lui suffiront pas.
    L’ignorant peut être instruit mais quant à celui qui suit sa passion, nous ne pouvons rien pour lui.

    Cheikh Mohamed nasr-u-din Al Alabani Rahimou Allah

  5. Hichamibnmohamed on 07 Avr 2013

    Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

    1.Alif, Lam, Mim .

    2.Est-ce que les gens pensent qu’on les laissera dire : « Nous croyons! » sans les éprouver?

    3.Certes, Nous avons éprouvé ceux qui ont vécu avant eux; [Ainsi] Allah connaît ceux qui disent la vérité et ceux qui mentent.

    Je pense Allahou a’lem que notre épreuve a nous musulman née en dehors des terres d’islam(et ceci est la volonté de notre seigneur ,nous avons pas choisi notre lieu de naissance…) est en premier de passer cette épreuve et éloigner satan le banni …qui insufleras toujours a l’homme de rester la bas !

    voici quelque hadith verifier leur authenticité telle est le fonctionnement du musulman a notre époque obscure Allah al mousta’an.

    Réponse de Cheikh Muhammad Ibn AbdilWahhab Al Wassabi :

    Ils sont considérés comme fautifs, car résider dans les pays des mécréants est à la base interdit. Et les cas où cela est permis sont soumis à des règles restrictives et sont des exceptions. Mais sinon, la base est l’interdiction, comme cela est prouvé par de nombreux hadiths comme la parole du Prophète :

    « Je me désavoue de quiconque réside parmi les polythéistes. »

    Il a dit qu’il se désavouait ! Il a aussi dit :

    « Le musulman et le polythéiste ne doivent pas voir le feu l’un de l’autre. »

    le suivant Allah nous preserve du mal qui il y a de vivres au milieu des polytheiste

    Al ‘Ors Ibn ‘Amira Al Kindi, qu’Allah l’agrée, rapporte que le Prophète a dit :

    « Si un péché est commis sur terre, ceux qui sont présents et l’ont réprimandé sont comme ceux qui n’étaient pas présents. Et ceux qui n’étaient pas présents et l’ont agréé sont comme ceux qui y ont assisté. »

    le coeur relie les gens ….. accepter un pecher a 10 000km de lui (exemple regarder la tele en alaska et agréé ce que l’on voi +encore les couvrir d’eloges Wa la’yadoubilahi)

    Source : => http://daralhadith-sh.com/islam-en-occident/hegire/conseil-pour-ceux-qui-prechent-dans-les-pays-mecreants/

    • YacineD on 07 Avr 2013

      Salam aleykoum mon cher frère,

      barakallahou fik pour ton témoignage et tes éclairages quant à la Hijra, tu as l’air d’avoir trouvé la sérénité et le bonheur al hamdulilah, et je m’en réjouis pour toi, puisse Allah SWT nous donner ta force et ton courage afin de nous aussi nous mettre à l’abri de nos oppresseurs dans un futur proche.

      Concernant l’obligation de Hijra je suis assez d’accord avec toi sur le fond (dans le cas contraire je n’aurais pas rédigé ce post), restons toutefois prudents quant à nos certitudes lorsque les savants ne sont pas d’accord entre eux sur un point de législation.
      Je t’invite d’ailleurs à lire cet article très intéressant parce que fort bien documenté sur le sujet : http://www.maison-islam.com/articles/?p=70

      Au plaisir de te revoir sur ce blog nous laisser d’autres commentaires, à ta guise.

      Reviens également nous dire si certains lecteurs sont venus te contacter suite à tes commentaires incha’Allah.

      Wa salam aleykoum wa rahmatullah wa barakatu,

      Fraternellement,