S’il y a bien une chose qui m’a immédiatement et très fortement impressionnée dans l’Islam c’est la notion de partage et de fraternité qui me semble être le dénominateur commun le plus explicite entre les différentes sources scripturaires de notre religion : Coran, hadiths et Sirât…

Cette fraternité s’exprime de plusieurs manières mais vise à mon avis un seul objectif : l’équité, et par ce biais, l’harmonie de la société.
Entendons nous bien, je ne suis pas naïf et je m’aperçois bien que la réalité de nos civilisations est tout autre et confine probablement cet objectif au domaine de l’utopie.  Mais j’ai envie de dire : « et alors ? », pourquoi cette utopie ne pourrait-elle pas être notre cible finale ? Lorsque tu veux sauter le plus haut possible, est-ce que tu regardes tes pieds ?

Il existe bien des manières de donner. Et toutes sont des lignes fortes de notre foi.
Le don qui nous vient le premier à l’esprit est bien entendu le don matériel. Son application dans l’Islam en est la Zakat, l’un de ses 5 piliers, et toutes les sadaqat plus informelles.
Et oui ! Donner une partie de tes biens est tout aussi important que l’attestation de foi, le jeûne du mois de ramadan, la prière ou le pèlerinage à La Mecque.
Mais il ne faut pas penser que « matériel » lorsque l’on pense « don ».
Nombreux sont les hadis qui encouragent et précisent de quelle nature il peut être :

D’après Abou Moussa (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Chaque musulman doit faire l’aumône »
Ils ont dit: Oh messager d’Allah! Et celui qui ne trouve pas?

Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Il travaille de ses mains ainsi celui-ci lui profitera et il pourra faire l’aumône »

Ils ont dit: Si il ne trouve pas?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Tu aides celui qui a besoin et demande de l’aide »
Ils ont dit: Si il ne trouve pas?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Alors il agit dans le bien et s’abstient du mal, ceci sera pour lui une aumône »
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1445 et Mouslim dans son Sahih n°1008).

D’après Adi Ibn Hatim (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Protégez vous du feu, ne serait ce qu’en donnant la moitié d’une datte. Et si vous ne trouvez pas alors avec une bonne parole »
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°6539)

Abû Hurayra (RA) rapporte que le Prophète (paix et salut sur lui) dit : «saluer les autres est une aumône. Aider quelqu’un à charger sa monture est une aumône. Un mot aimable est une aumône, chaque pas fait en direction de la mosquée est une aumône, nettoyer le chemin des saletés est une aumône ».

Ainsi on voit que l’aumône recouvre bien plus de dimensions que le simple don matériel. Même celui qui n’est pas assez riche pour partager de ses biens avec autrui n’est pas dispensé de l’aumône et par là même, ne peut être privé de faire le bien et de recevoir la récompense correspondante.

Le don est la meilleure des choses, pour la société dans laquelle nous vivons, et pour nous même. Il nous permet de nous purifier et si chacun fait cet effort, imaginez le gain incommensurable que cela peut représenter pour nos civilisations.

Revenons à notre utopie : Si chaque individu y étant soumis (sous conditions de ressources) reverse 2.5% de son capital acquis en une année, conformément aux règles régissant la Zakat al Maal, il n’y a soudainement plus de nécessiteux ni d’indigents. Si chacun aide l’autre à effectuer une tâche qu’il ne peut accomplir seul, il n’y a plus d’échec ni de frustration l’accompagnant. Si chacun sourit et s’efforce d’être aimable avec l’autre, il n’y a plus d’incompréhension, il n’y a plus d’étranger, il n’y a plus d’agression.
Oui, je rêve tout haut… et d’abord suis-je moi-même irréprochable sur ces divers points avant de venir espérer que tout le monde le soit aussi ? Certainement pas.

Mais au-delà de l’idéal auquel le don pourrait nous faire accéder, il est avant tout une obligation, un devoir pour toute personne désireuse de rencontrer un jour son Créateur dans une situation aussi confortable que possible. Mieux qu’une obligation, le don est une opportunité de se souvenir de ce qui nous attend, et du fait que nous ne sommes ici que de passage… brièvement…

Le don nous rappelle la « chance » qu’Allah nous a donnée. Tu as 20.000 € de côté ? Tu vas devoir en donner 500 chaque année. Ha ! la poisse, tu te rends compte avec 500 € tu pourrais t’acheter un 3è téléviseur HD… Et oui, ces 20.000 € ne t’appartiennent pas, pourtant tu ne les as pas volé, tu as travaillé pour les obtenir… bien, qui t’as permis d’avoir un travail ? Qui t’as permis d’avoir une bonne santé pour être apte à aller travailler ? Je ne te souffle pas la réponse, je suis sûr que tu vas trouver tout seul…

Notre santé, notre richesse matérielle, et même notre sourire nous Lui devons, on peut bien en partager un peu avec ceux qui sont si mal en point qu’ils ne peuvent plus travailler et en ont très certainement perdu le sourire, non ? De toutes ces choses, qu’emmèneront nous sous terre ?

Mieux qu’une obligation, mieux qu’un rappel, le don c’est se battre sur le sentier d’Allah !
En donnant un peu de tes biens, un peu de ta force, un peu de ta joie tu luttes à ta modeste échelle contre la pauvreté, contre les ravages de la guerre et de la faim, tu luttes un peu contre le malheur… tu rends le sourire à quelques personnes, et crois bien que le sourire est toujours contagieux !
Tu luttes contre les ennemis de la Ummah et contre le plus puissant d’entre eux, leur maître à tous : te rends tu compte du mal que tu lui fais lorsque tu aides ton frère, que tu lui montres qu’il se trompe et que ton amour pour les tiens est sincère et inconditionnel ?

Enfin, le plus grand combat n’est il pas contre soi même ? Donner relève bien du combat pour dompter sa nature, si souvent égoïste.
Tu es un Homme, tu es donc programmé pour en vouloir toujours plus et si possible… plus que les autres… ordonne à ta gourmandise de se taire, si tu n’as plus faim pourquoi voudrais-tu priver ton voisin d’assouvir ses besoins alors qu’il n’en a pas les moyens ? Que cherches-tu ? La crise de foie ou la crise de foi ?

A l’heure où l’actualité se fait malheureusement la plus parfaite illustration de mes pensées, est-il possible que nous cessions d’ uniquement brailler notre indignation et de faire circuler des messages et des images qui ne guériront ni les plaies de nos frères et sœurs, ni celles de nos cœurs ? Si au lieu de cela on pensait à faire un peu plus l’économie de démonstrations aussi ostentatoires que vaines et l’on œuvrait plus silencieusement pour essayer tant bien que mal de panser leurs blessures par tous les moyens qui sont les nôtres, nous qui sommes si éloignés du terrain et de cette affreuse réalité…
Des du’as et des euros… ce serait déjà un bon début si l’on veut gagner la paix…

T'as aimé ? Alors partage !

Étiquettes : , , , , ,

Comments are closed.