téléchargement

Ho ho ho les enfants ! Je suis de retour et j’ai dans ma hotte un vrai post de rabat-joie… ou comment tomber comme un cheveu sur la dinde, un moucheron dans les huîtres : Et oui nous sommes fin décembre et voici plusieurs semaines qu’une grande majorité de nos concitoyens s’escrime à préparer ce qu’elle considère être comme la plus importante fête de l’année suivie de très près par sa cadette : Noël et le jour de l’an !

Et là cher lecteur tu te demandes sûrement pourquoi je viens te briser… la magie des fêtes de fin d’année ?
En réalité je ne cherche pas à briser quoi que ce soit et encore moins à blâmer quiconque, tu dois commencer à savoir que ce n’est pas le genre de la maison.
Non, par le biais de ces quelques paragraphes je cherche surtout à te faire part de mon inquiétude…

Ces derniers temps j’ai pu lire, entendre et voir un peu partout que la communauté musulmane française adhérait relativement bien à ces fêtes, et ce dans une proportion non négligeable. Certes, les chiffres varient selon les sources et les panels interrogés mais l’on constate tout de même une tendance assez nette. Alors qu’en est-il vraiment ? Est-ce un complot de plus des marchands de jouets pour nous faire croire que finalement tout le monde fête noël et qu’il serait dommage de priver les enfants de leurs dernières productions (ça va je plaisante… ou pas !) ? Ou d’un énième coup de vice des médias qui aiment traiter la communauté soit comme des intégristes la lame entre les dents soit comme de gentils agneaux influençables et finalement peu attachés à leurs valeurs religieuses ?
Sincèrement et très curieusement j’aurais aimé que ce soit le cas mais il suffit de regarder autour de nous, dans notre entourage proche (voir notre miroir de salle de bain…) pour s’apercevoir que toutes ces informations sont loin d’être mensongères.

Et alors ? me diras-tu, ce n’est pas si grave, c’est surtout pour les enfants, il s’agit plus d’une fête païenne aujourd’hui, ou au contraire Issa étant l’un de nos prophètes pourquoi ne pas honorer sa naissance ? C’est dur de faire autrement en France et surtout lorsque l’on a des enfants, et puis c’est sympa la magie de Noël, le sapin, tout le monde partage les mêmes valeurs durant quelques jours, etc.
Ha ça ! lorsque l’on veut défendre quelque chose comme les fêtes de fin d’année, nous ne sommes jamais à court d’arguments…

Envisageons Noël et le Jour de l’an comme des fêtes païennes… ok, c’est vrai que le Père Noël et le compte-à-rebours sur la tour Eiffel, le sapin et les cotillons c’est pas très catholique… alors maintenant répondons sincèrement à cette question : crois-tu qu’Allah soit satisfait de celui qui célèbre des fêtes païennes avec tant de ferveur et d’application ?
Bien, mettons que ce soient des fêtes chrétiennes alors… tu célèbres donc la naissance de Issa en tant que fils de Dieu et même en tant que Dieu incarné (et oui c’est là la base de la chrétienté), deux notions qui sont fermement dénoncées par la parole révélée d’Allah lui même, le saint Coran. En Islam, Issa est un prophète majeur, mais comme tous les prophètes il n’est qu’un homme, un mortel.
Est-ce que tu fêtes le mawlid (la naissance du prophète Mohammad saws) ? Non… les savants sont d’ailleurs en désaccord sur la légitimité d’une telle célébration mais passons car tel n’est pas le sujet du jour.
Le nouvel an… hm hm… célèbres-tu le nouvel an hégirien ? Non ? Alors pourquoi fêter celui du calendrier grégorien ?
Tu veux de l’oecuménisme ? Soit ! Alors fêtons aussi Yom Kippour et Hanoukkah ! Non ? Bon…

Dans un Hadith rapporté entre autres par l’imam Abu Daoud , le Messager d’Allâh dit : « Celui qui imite un peuple en fait partie ».

Je comprends bien que tout ceci soit fort tentant, qui plus est lorsque l’on a des enfants. Comment vont-ils vivre le fait qu’ils seront différents de leurs camarades de classe à la rentrée de janvier lorsque les gosses feront le comparatif de ce qu’ils auront reçu du Père Noël ? Ne te fais pas de soucis pour ça, cadeaux ou pas, il y aura toujours des inégalités entre celui qui aura eu trois consoles, deux vélos, 1500€ par ses grands parents et celui qui aura eu droit à deux bandes dessinées et une nouvelle paire de chaussures… tu ne peux pas lutter contre ce rouleau compresseur mercantile que sont devenues les fêtes de fin d’année. Alors quand on vient me parler de « magie de noël » j’ai vraiment envie de rire aux éclats… voyons voir, de quelle magie parles-tu ? De celle qui anime le centre commercial un 24 décembre où les gens sont prêts à déclencher une bagarre de saloon parce qu’un voisin vient de malencontreusement leur effleurer le pied avec son caddie, ou bien de cette concorde et cet amour qui règnent sur les routes  de France et de Navarre lorsque débutent les grands départs en vacances ?
Non décidément, cette magie avec laquelle on vient me rebattre les oreilles plusieurs semaines par an ne cessera jamais de me faire rire… la seule magie de Noël qui subsiste c’est à M6 qu’on la doit lorsqu’elle diffuse des Disney et des Asterix pendant les vacances… vrai ou pas ? ^^

En réalité, je suis très loin d’être quelqu’un qui vit à contre-courant de son temps et de la société qui l’a vu naître, mais sérieusement, je n’ai plus du tout envie de participer à cette hypocrisie géante alors que l’on sait tous pertinemment que ces fêtes n’ont plus aucune valeur hormis celle du pouvoir d’achat et de la bonne santé du commerce local, national et mondial.

Au début de ce post, je t’annonçais que mon discours était surtout motivé par l’inquiétude.
A titre personnel il s’agit surtout de l’inquiétude d’être jugé pour mes actes et les intentions qui les précèdent, à titre fraternel et donc spirituel, je suis affolé à l’idée que ma communauté troque peu à peu ses valeurs pour d’autres qui ne sont pas les siennes et qui lui seront fatalement néfastes aujourd’hui et demain. A titre familial, j’ai peur pour mes enfants. Je n’ai pas peur qu’ils me reprochent de ne pas les élever comme tous les autres enfants, non j’ai surtout peur qu’un jour ils oublient la beauté de l’Islam et la fierté qu’ils peuvent ressentir d’être musulmans.

Je faisais ce constat avec mon épouse lors d’une discussion récente (et à l’origine de la volonté de t’écrire aujourd’hui) : dans une ou deux générations, une grande majorité des musulmans « d’origine » aura totalement apostasié. Ils ne prieront pas, n’iront pas à la mosquée, ne verseront pas la zakat, ne jeûneront plus, ne feront plus le pèlerinage à La Mecque, ne mangeront plus halal, mangeront sûrement du porc et boiront de l’alcool, appelleront leurs enfants par des prénoms « pas trop grillés » voir plus du tout en rapport avec leurs origines… Pourquoi ? parce que dès maintenant on le constate, une partie d’entre nous n’est plus du tout motivée ni intéressée par l’Islam, parce que beaucoup de ceux-ci considèrent leur religion (ou plutôt celle de leurs parents) comme une série de contraintes mal adaptées au pays et à l’époque dans lesquels ils vivent… nous sommes la dernière génération qui applique paresseusement une partie de sa religion et tente de « préserver » coûte que coûte ce que nous pensons être le bonheur de la génération qui nous succédera.  Alors comment crois-tu que ces enfants pourront être bien guidés si nous ne sommes pas capable de leur donner les bons repères ?

Entendons nous bien, je ne dis pas que la tâche est simple, je ne dis pas que cela ne demande pas de petits « sacrifices », mais le jeu n’en vaut-il pas la chandelle ? Avons nous oublier la récompense ultime que notre Créateur nous a promis ? Que préférer : Un pavillon en banlieue ou un château au Paradis ?

En guise de conclusion je tenais à te dire ceci à toi, cher lecteur qui a peut-être encore du mal à franchir le cap, à s’efforcer de se délier du carcan dans lequel cette société t’enferme un peu plus chaque jour : cher frère, cher soeur, en tant que catholique de naissance et d’éducation converti à l’Islam, je comprends mieux que beaucoup de monde ce que tu peux ressentir à l’idée de faire une croix sur ce que tu penses être un moment magique, en tant que papa de deux jeunes enfants je vis ta peine lorsque tu te dis que tu n’auras jamais le plaisir de voir tes bambins courir sous le sapin pour déchiqueter les papiers cadeaux, en tant que citoyen je partage ta nervosité lorsque quelqu’un vient te juger parce que tu as fait des choix différents. Au delà de ma compréhension, permets moi de te faire partager mon expérience, puisse-t-elle si ce n’est t’inspirer au moins te réconforter.

Lorsque j’étais enfant, Noël avait un vrai sens pour moi, parce que j’allais à la messe avant de rentrer ouvrir mes cadeaux, que j’allais au catéchisme et que durant tout le mois de décembre on apprenait ce que représente noël pour les chrétiens. Oui je ressentais cette magie de Noël et je transmettrai la même chose à mes fils incha’Allah : la magie des Aïds ! Lorsqu’ils seront en âge de venir à la mosquée avec moi puis qu’ils courront ouvrir leurs cadeaux à la maison ils ne ressentiront certainement pas le manque de noël et lorsqu’ils me demanderont pourquoi l’on célèbre les Aïds et pas les autres fêtes je leur expliquerai la différence entre les communautés et le bonheur qu’ils peuvent ressentir de faire parti de la ummah, et je les encouragerai à partager tout ceci avec leurs amis non musulmans.

Un jour, alors que je discutais avec des collègues, nous en sommes venu à parler des célébrations, et alors que je déclarai ne pas fêter ni noël, ni les anniversaires (et encore moins les fêtes des pères, mères et autres St Valentin), mais que mes enfants ne pourraient sentir lésés puisqu’ils auront quand même deux fêtes (Aïd el Fitr et Aïd el Adha), une collègue me répondit « oui mais ce ne sera pas leur fête A EUX (en parlant des anniversaires) » et j’ai alors réalisé qu’elle avait raison et que cela me confortait encore un peu plus dans mon choix… je lui ai alors répondu, non sans malice je l’avoue, que j’étais ravi de ne pas encourager l’individualisme primaire de leur nature humaine !

Du côté familial il est évident que c’est encore un peu difficile pour mes parents de ne plus m’avoir à leur table le soir du 24 et la journée du 25 décembre, mais ils s’y feront petit à petit incha’Allah car si j’évite soigneusement de participer à ces repas, quelques jours plus tard ils peuvent constater que nous sommes tous autour d’une même table et que l’amour n’attend pas une date pour être célébré !

En définitive, sache que chaque effort que tu fais pour arpenter au mieux le chemin d’Allah ne peut Lui échapper, que fuir le matérialisme ambiant et malsain (parce qu’il prend pour origine une noble célébration même si elle n’est pas la nôtre) qui cherche à te faire complexer de ne pas intégrer la grande farandole de la consommation ; que t’efforcer de préserver les générations qui te suivent de l’égarement et de la perte de leur identité fait partie du plus noble des combats et que ton Créateur ne pourra que t’en récompenser incha’Allah.

T'as aimé ? Alors partage !

Étiquettes : , , , , ,

4 Responses


  1. sossofresh on 08 Fév 2013

    Il serait temps de reprendre un peu l’écriture mon pote, non ?

    • YacineD on 08 Fév 2013

      🙂 Je ne te le fais pas dire ! Promis je vais essayer de m’y remettre d’ici la fin du mois (je ne peux malheureusement rien te promettre plus tôt vu mon emploi du temps à venir…)

  2. Bou on 04 Mar 2013

    Commentaire a rebours. lol. Ne pas fête Noël aujourd’hui c’est carrément être « anti social » et moi j’aime bien cette idée. Ça forgé le caractère de ne pas être élevé à la même enseigné que tout le monde. Au pire, tu mens et cela fait travailler l’imaginaire. Au mieux, t’es fière mais ça, j’avoue que ça vient avec les années.
    Je suis d’accord aussi sur le fait que la programmation TV était le meilleur argument pour moi quand j’étais enfant. À ce sujet : « ou est passé la Caverne de la Rose d’Or ? Rendez-moi Fantagoro ! »
    C’est l’heure. Je vais célébrer le miracle du jour sur la nuit. Qu’Allah te garde

    • YacineD on 04 Mar 2013

      La fierté d’être différent, cela s’apprend, incha’Allah que j’arrive à transmettre tout ceci à mes enfants, on cultive ça depuis quelques générations dans la famille ! 😉